Le travail
raconté par ceux qui le vivent
|

Voix d’écritures -
par Lanto Onirina

Permalien



Copiez le code d'intégration

Publication : 31 mars 2014

Durée de lecture : 38 mn

Nombre de mots : 7600

Le beau témoignage d’un écrivain public.

Plume. Scribe. Nègre. Conseil en écriture. Scripteur. Rédactrice. Biographe. Écrivain public. Quel que soit le vocable choisi par mes clients pour me qualifier, il me convient. J’écris ou je fais écrire. Ma vocation est là.


5 commentaires :

  • Très instructif, en plus d’être bien écrit, mais là, c’est votre domaine, l’écriture. Et ça se voit. J’ignorais que la Sorbonne Nouvelle proposait ce type de formation passionnante. Cela donne envie. Sans parler de votre activité auprès de votre maison d’édition. Voilà ce qui manque finalement à chaque personne qui écrit en "amateur", des histoires, des nouvelles. Un regard extérieur qui permet de progresser dans son écriture. Car comme vous le dites si bien, l’écriture, ça s’apprend. Avez-vous un site web où je pourrais découvrir votre maison d’édition ? Éventuellement vous contacter.
    Bien cordialement.
    Christophe


  • Merci infiniment pour votre retour qui me fait chaud au coeur. L’association s’appelle Elenya Editions. Il y a un site dont vous retrouverez aisément l’adresse sur un moteur de recherche. Je ne sais pas si c’est très correct de mettre mon adresse de messagerie ici mais la voici : lonirina.ec@gmail.com
    Belle journée à vous et encore merci pour votre gentille appréciation.


  • Merci Lanto pour ce superbe témoignage sur notre profession. Tellement bien écrit, documenté, vivant et plein d’émotions.


  • Merci pour ce beau témoignage, très bien écrit et très instructif.
    Je suis actuellement étudiante en Lettres Appliquées à l’université Lyon 2, et écrivain public est une des voies professionnelles que j’envisage. Votre texte m’a permis de m’en faire une meilleure idée, autrement plus agréable qu’à travers des "fiches formation" ! Qui sait, peut-être avez-vous suscité des vocations...


  • Je viens de m’inscrire sur ce site à la suite de ma lecture "Le parlement des invisibles" de Rosanvallon déniché en médiathèque en attendant un interview que je devais faire pour mon journal associatif.
    J’ai surfé, un peu fouillé et le hasard que j’ai un peu influencé, m’a orientée vers votre texte : un bon aperçu du métier, un métier de communication dont l’écrit n’est que le prolongement de la parole.



Votre commentaire

Pour poster un message, vous devez vous connecter ou avoir créé un compte.