Sans un mot

Un soir du début du mois de décembre 2016 : ce soir, j’ai pleuré. J’ai pleuré devant mes difficultés à rencontrer un forestier de terrain habitant près de chez moi et qui pourrait m’aider dans le cadre de mon BTS de gestion forestière. Je fais ce BTS par correspondance, à distance et je me sens seule. J’ai 34 ans et je suis en reconversion professionnelle.

Mes épreuves terminales de BTS GF approchent (juin 2017) et j’ai des lacunes sur le terrain. Je ne suis pas issue du milieu forestier et ma région est faiblement boisée : ce qui veut dire qu’il y a peu de forestiers et peu de gens ayant des connaissances sylvicoles ou la passion des forêts. Il y a donc peu de gens susceptibles de m’aider, de m’apprendre quelque chose et de me transmettre le métier côté "terrain".

Je pense aux forêts tous les jours. Je me sens avec elles. Je désire travailler avec et pour elles. Le plus tôt sera le mieux. Je veux les rejoindre pour qu’elles me disent tout d’elles. J’aurais aimé travailler mon BTS GF autrement, c’est-à-dire pas à distance. J’aurais aimé ne pas apprendre seule mais apprendre avec d’autres jeunes dans une structure. J’aurais aimé ne pas vivre ma reconversion seule, ne pas vivre un si beau projet seule, ne pas quémander d’aide et être dans un lycée forestier. Cela aurait été bien de trouver une ou deux personnes dans la même situation que moi vivant près de chez moi, ou d’être dans une vraie classe de cours avec un professeur, ainsi que d’aller en travaux pratiques en forêt pour apprendre ensemble et partager. Je voudrais impliquer du monde dans mon projet tant je le trouve beau et noble. J’aimerais inviter de nombreuses personnes dans la danse des arbres. Je me lève tous les matins avec mon objectif en tête, avec le vert des forêts à l’esprit et avec leur oxygène.

J’ai vu fondre mes finances depuis le début de ma reconversion démarrée en septembre 2015. J’ai fait des centaines de kilomètres en voiture pour des actions en vue de réussir le BTS. Par exemple, j’ai passé le permis de tronçonneuse niveau 1 (900 km aller/retour) juste pour comprendre ce qu’un bûcheron ressent quand il manie la tronçonneuse et essayer de me mettre à sa place. Jusqu’où vais-je aller dans mes efforts ? Vais-je réussir en conséquence ? Les nuits blanches d’angoisse à imaginer des scénarios d’échec, je les connais. Échouer aux examens finaux de BTS voudrait dire recommencer, être fatiguée un an de plus, avoir une vie compliquée durant un an de plus, et être encore sur les routes un an de plus.

23/06/2017, 19 heures, dans le Loiret : je suis actuellement en examen. Il fait chaud. C’est la canicule et je dors mal. De plus, il y a une mare non loin de ma chambre et les batraciens qui la peuplent coassent toute la nuit. Quelqu’un peut-il me dire si ces batraciens dorment ou non la nuit ? Après plusieurs nuits d’insomnie, je me décide à demander un changement de chambre.

Il me faut maintenant parler de Maman. Maman, tu m’as tout donné. Tu en as peut-être trop fait pour m’aider à réussir mon BTS. Tu as fait de ton mieux tous les jours, comme moi et avec moi. Il n’est guère facile de vivre avec moi car si tout ne marche pas comme je veux, mon humeur change. Je suis moins cool, moins sympathique. Maman, il y a eu toutes tes écoutes attentives, tes conseils, ta présence tous les jours à mes côtés, tes dons quotidiens, tes regards, ton suivi à chaque seconde, ta compréhension, ton intérêt profond pour mon but. Tu es la personne qui connait le plus ce que j’ai vécu durant deux ans. Tu connais les détails. Il y avait la solitude d’une femme qui veut travailler dans une filière masculinisée. Maman, tu as été mon bras droit. Tu ne pouvais pas m’aider du point de vue "sylviculture" mais tu m’as épaulée dans tous les autres domaines. Tu l’as fait aussi discrètement qu’une petite souris. Tu as compris mes choix de vie d’ascète et de vie d’exclusivité pour les forêts, pour arriver au but final. Tu as cautionné ma vie pas du tout marrante durant deux ans. De fait, la tienne a été tout aussi difficile durant cette période.

Je suis capable de me lever très tôt durant une longue période tous les matins si j’ai un objectif qui me tient à cœur.
30/06/2017 : admission au BTS GF.
12/07/2017 : échec à l’oral du concours de technicien forestier ONF.

Je garde en tête toutes mes lectures sylvicoles et tout mon acharnement. Je garde en tête tout mon amour pour les forêts pour continuer à avancer vers elles. Je garde en tête les boisilleurs que j’ai rencontrés sur mon chemin, les boisilleurs qui m’ont marquée. Je garde en tête qu’avant de commencer ma reconversion professionnelle, je ne savais pas reconnaître les essences forestières. Je sais maintenant beaucoup sur l’éducation des forêts. Je retente le concours de technicien ONF en 2018 car c’est le métier qui me fera avancer. Sans un mot, je me mets à reconstruire, à rebâtir car je n’ai pas dit mon dernier mot.