Le travail
raconté par ceux qui le vivent
|

El Siis

Passionné de littérature et de musique.


Récit

Si de loin, puisque nous sommes séparés  

Enterrer son frère.

Je ne suis plus un frère, mais un frère endeuillé et, à cause de cela, contraint d’écrire sur moi-même.

Publication : 25 février 2016

Durée de lecture : 21 mn

Nombre de mots : 4310

Bibliothèque


Ses derniers commentaires

  • Merci pour votre texte. J’ai été très touché par votre passage sur l’arbre comme source de vie et sur l’inertie de la pierre. Cette idée me paraît simple et belle, alors même que je ne la partage pas complètement. Je ne peux pas imaginer, pour ma part, enterrer quelqu’un sans qu’il y ait une pierre sous quelque forme que ce soit. Je trouve justement que la pierre est un élément naturel primordial, vivant aussi, mais dont l’évolution (la dégradation) a ceci d’apaisant, de rassurant, qu’elle est lente. C’est une sorte d’éternité.

  • Bonsoir,
    Merci pour ce témoignage concernant un sujet aussi douloureux que méconnu. Votre témoignage a en plus ceci d’émouvant, que vous le faites de manière sobre, simple, digne, sans apitoiement, mais parfois avec un sourire rempli d’amour, et aussi avec une sincérité qui ne dissimule pas la complexité de votre relation avec votre frère, notamment la gêne ou la honte. Par ailleurs, si court soit votre texte, vous y décrivez la vie de votre frère (et une partie de la vôtre) sous ses divers aspects et de manière précise. De la sorte, vous permettez au lecteur d’avoir une vision plus globale et plus juste de la situation d’un schizophrène. Une vision imparfaite bien sûr. Mais au moins, nous voyons cette maladie autrement, plus humainement grâce à vous.

Amis :