Le travail
raconté par ceux qui le vivent
|

Vanessa Leroy

Lectrice.


Récit

Rose  

Peut-on élever une fille sans aimer le rose ? Récit d’une mère aux prises avec les stéréotypes : ceux qu’elle a subis, ceux qu’elle ne voudrait pas faire subir à sa fille.

Les stéréotypes ont la vie dure : du rose pour les filles et du bleu pour les garçons, des robots pour les garçons et des perles pour les filles. Pour moi, tout cela n’a jamais été si clair, si tranché. Je ne veux pas limiter ma fille dans ses envies et dans ses choix.

Publication : 25 mars 2014

Durée de lecture : 14 mn

Nombre de mots : 2990

Bibliothèque


Ses derniers commentaires

  • Presque six mois après, je reviens lire vos commentaires, il me faut du temps pour ressentir les choses, j’ai besoin d’être rassurée que non je ne suis pas seule dans cette lutte de l’éducation non "genrée". Nous venons de passer l’été dans notre famille. Lors d’un dîner familial, mon neveu (et oui le revoilà le p’tit mec) me demande de l’eau. Je lui sers, mais il ne boit pas, il fronce les sourcils... je lui demande ce qui se passe et sa réponse me laisse sans voix : "je bois pas dans un verre de fille !". C’était un verre Hello kitty, mon neveu a 4 ans. Je suis abasourdie. J’ai beau lui dire qu’il peut boire dans ce verre, je n’arriverai pas à lui faire entendre raison (ma raison ?). Je tourne un regard interrogateur vers mon frère et ma belle sœur, vers ma mère, ce que j’y lis me désole, je n’insiste pas et j’échange le verre avec celui de ma fille (un verre car’s). Autour de ma fille de m’interroger du regard, je lui en reparlerai plus tard, je me sens tellement mal à l’aise. Au sourire de mon compagnon je sais que je ne suis pas seule, il essaie lui même de parler de l’éducation non "genrée", mais le débat à cette table dévie rapidement vers d’autres stéréotypes que je n’ai plus envie d’entendre. L’exemple d’un cousin qu’on a laissé jouer à la poupée, petit, et qui est devenu homo, (alors bon, quoi ? quand même hein...). Peut-être qu’au final c’est cette peur sans fondements qui participe à perpétuer la théorie du rose contre le bleu.

  • Je n’étais pas sûre d’arriver à faire partager tout mon ressenti sur les stéréotypes du rose qui perdurent aujourd’hui à travers ce récit, un chaleureux merci pour vos commentaires.

Amis :